lundi 15 mai 2017

Professeur ZIANI
Classe :      2 B ……..
Note
Nom : …………………..
Prénom : …………………..
Numéro : …………………..

Contrôle de Compréhension


Texte :

Au-dessus de ce troisième étage étaient un grenier à étendre le linge et deux mansardes où couchaient un garçon de peine, nommé Christophe, et la grosse Sylvie, la cuisinière. Outre les sept pensionnaires internes, madame Vauquer avait, bon an, mal an, huit étudiants en Droit ou en Médecine, et deux ou trois habitués qui demeuraient dans le quartier, abonnés tous pour le dîner seulement. La salle contenait à dîner dix-huit personnes et pouvait en admettre une vingtaine; mais le matin, il ne s'y trouvait que sept locataires dont la réunion offrait pendant le déjeuner l'aspect d'un repas de famille. Chacun descendait en pantoufles, se permettait des observations confidentielles sur la mise ou sur l'air des externes, et sur les événements de la soirée précédente, en s'exprimant avec la confiance de l'intimité. Ces sept pensionnaires étaient les enfants gâtés de madame Vauquer, qui leur mesurait avec une précision d'astronome les soins et les égards, d'après le chiffre de leurs pensions. Une même considération affectait ces êtres rassemblés par le hasard. Les deux locataires du second ne payaient que soixante-douze francs par mois. Ce bon marché, qui ne se rencontre que dans le faubourg Saint-Marcel, entre la Bourbe et la Salpêtrière, et auquel madame Couture faisait seule exception, annonce que ces pensionnaires devaient être sous le poids de malheurs plus ou moins apparents. Aussi le spectacle désolant que présentait l'intérieur de cette maison se répétait-il dans le costume de ses habitués, également délabrés. Les hommes portaient des redingotes dont la couleur était devenue problématique, des chaussures comme il s'en jette au coin des bornes dans les quartiers élégants, du linge élimé, des vêtements qui n'avaient plus que l'âme. Les femmes avaient des robes passées reteintes, déteintes, de vieilles dentelles raccommodées, des gants glacés par l'usage, des collerettes toujours rousses et des fichus éraillés. Si tels étaient les habits, presque tous montraient des corps solidement charpentés, des constitutions qui avaient résisté aux tempêtes de la vie, des faces froides, dures, effacées comme celles des écus démonétisés. Les bouches flétries étaient armées de dents avides. Ces pensionnaires faisaient pressentir des drames accomplis ou en action; non pas de ces drames joués à la lueur des rampes, entre des toiles peintes mais des drames vivants et muets, des drames glacés qui remuaient chaudement le cœur, des drames continus.

1.              Complétez le tableau suivant : (2pt)
Auteur
Genre de l’œuvre
Courant littéraire
Une autre œuvre











2.  a -    Quels sont les personnages évoqués dans ce passage ? citez deux (1 pt)
………………. ………………. ………………. ………………. ………………. ………. ……………….
b -     Où se trouvent- ils ? (1 pt)
 …………………………………………. ………………………………………………………………..

4.     a-  Ce passage se situe-t-il au début, au milieu ou à la fin de l’œuvre ? elle : (1pt)
                      
˜  Début ?             ˜  Milieu  ?                   ˜   Fin ?
Cochez  la bonne réponse.
b- justifie ta réponse : (1 pt)
………………………………………………………. ……………………………………………………


5) Cochez la bonne réponse, le texte a  plutôt une visée :
(2 pt)
                       ˜ descriptive                           ˜ argumentative                          ˜ narrative

Justification à l’aide de deux indices : (2 pt)

 Indice 1 :……………………………………… ……………………………..
Indice 2 :……………………………………………………….. ………………
                                                        
6) Cherchez dans le texte un synonyme de « pensionnaires »
 (1 pt)
         ……………………………………………………….
7) Relevez dans le texte six  mots (expressions) qui se rapportent au champ lexical des :
(3 pt)
vêtements : 1……………….. ……   2………….………..           3…… ………..……
                   4 ………………….         5………………..              6……………….

8)  le mot souligné replace qui dans le texte  ? (1 pt)
 ces êtres : ………………………………

9)
« des faces froides, dures, effacées comme celles des écus démonétisés »  (2 pt)
replacez « comme » par un équivalant dans cette phrase
  ………………………………………………. …………………………………………………………..
Dégagez une métaphore du texte : ………………………………………………………………..

11) transformez au discours indirect :
(1pt)
Eugène dit à la fille du père Goriot : «  je n’ai jamais aimé une femme comme  toi, tu es ma fleur »
…………………… …………………………………. ………………………………. …………………
12) Nominalisez les verbes suivants : (2 pt)
Sortir  : ………………………..                            supprimer  :………………………..
Prendre  : ……………………….                            Lire  : ………………………..


Un point sur la propreté de la copie                                         Bonne chance 
Réactions :

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

About

les oeuvres

Antigone

 

La Boite à merveilles

 

Le Drenier jour d'un condamné

 

Productions rédigées

Nombre total de pages vues

Abonnez-vous

pub

les sujets les plus visités