samedi 3 juin 2017

Texte :
 où m'avait jeté la visite du directeur. Car, je l'avoue, j'espérais encore. - Maintenant, Dieu merci, je n'espère plus.
      Voici ce qui vient de se passer :
      Au moment où six heures et demie sonnaient, - non, c'était l'avant-quart - la porte de mon cachot s'est rouverte. Un vieillard à tête blanche, vêtu d'une redingote brune, est entré. Il a entrouvert sa redingote. J'ai vu une soutane, un rabat. C'était un prêtre.
      Ce prêtre n'était pas l'aumônier de la prison. Cela était sinistre.
      Il s'est assis en face de moi avec un sourire bienveillant ; puis a secoué la tête et levé les yeux au ciel, c'est-à-dire à la voûte du cachot. Je l'ai compris.
      - Mon fils, m'a-t-il dit, êtes-vous préparé ?
      Je lui ai répondu d'une voix faible :
      - Je ne suis pas préparé, mais je suis prêt.
      Cependant ma vue s'est troublée, une sueur glacée est sortie à la fois de tous mes membres, j'ai senti mes tempes se gonfler, et j'avais les oreilles pleines de bourdonnements.
      Pendant que je vacillais sur ma chaise comme endormi, le bon vieillard parlait. C'est du moins ce qu'il m'a semblé, et je crois me souvenir que j'ai vu ses lèvres remuer ses mains s'agiter ses yeux reluire.
      La porte s'est rouverte une seconde fois. Le bruit des verrous nous a arrachés, moi à ma stupeur lui à son discours. Une espèce de monsieur en habit noir accompagné du directeur de la prison, s'est présenté, et m'a salué profondément. Cet homme avait sur le visage quelque chose de la tristesse officielle des employés des pompes funèbres. Il tenait un rouleau de papier à la main.
     - Monsieur m'a-t-il dit avec un sourire de courtoisie, je suis huissier près la cour royale de Paris. J'ai l'honneur de vous apporter un message de la part de monsieur le procureur général.
      La première secousse était passée. Toute ma présence d'esprit m'était revenue.
      - C'est monsieur le procureur général, lui ai-je répondu, qui a demandé si instamment ma tête ? Bien de l'honneur pour moi qu'il m'écrive. J'espère que ma mort lui va faire grand plaisir ? car il me serait dur de penser qu'il l'a sollicitée avec tant d'ardeur et qu'elle lui était indifférente.
      J'ai dit tout cela, et j'ai repris d'une voix ferme :
      - Lisez, monsieur !
      Il s'est mis à me lire un long texte, en chantant à la fin de chaque ligne et en hésitant au milieu de chaque mot. C'était le rejet de mon pourvoi.
      - L'arrêt sera exécuté aujourd'hui en place de Grève, a-t-il ajouté quand il a eu terminé, sans lever les yeux de dessus son papier timbré. Nous partons à sept heures et demie précises pour la Conciergerie. Mon cher monsieur aurez-vous l'extrême bonté de me suivre ?

I.                      COTEXTUALISATION DU TEXTE : (2 points)
1)      Selon votre connaissance de l’œuvre au programme et son auteur, recopiez et complétez le paragraphe (1pt)
Ce passage est extrait de ……………., un roman à ……………., écrit par ……………., un écrivain de nationalité …………. 
2)      Parmi les propositions suivantes, laquelle vous permet de situer le passage ?
·         Terrifié, obsédé par la prison qu’il trouve partout, le narrateur reçoit deux visites.
·         En pensant à s’évader, le narrateur réalise que son rêve est brisé par la présence du geôlier.
·         Apres la visite du directeur, le condamné est sûr que son heure est proche.
a-Recopiez   la bonne réponse.
b-Justifiez-la.
II.                   ANALYSE  DU TEXTE : (2 points)
3)  La phrase « Voici ce qui vient de se passer » annonce le détournement de l’histoire. Définissez-en le début et la fin et proposez un titre qui en résume l’idée générale.
4)  « le bruit des verrous » interrompt la situation dans laquelle se trouvaient les deux personnages en présence.
Quels sont ses personnages et dans quel état étaient-ils ?
5)  Définissez le rôle des personnages cités ci-dessous en choisissant parmi les propositions suivantes ;
1)      Présider la cour de cassation ou la cour d’appel
2)      Signifier et exécuter les décisions de justice.
3)      Exécuter les arrêts de justice.
4)      Soutenir et renforcer spirituellement et mentalement le condamné.

Personnage
Leurs rôles ( Ce qu’ils font)
a.       L’huissier  

b.      L’aumônier  

c.       Le procureur général  

d.      Le bourreau


6)   Relevez, dans le texte, une phrase qui montre que la cassation a échoué
7)   Transposez au discours indirect cette phrase.
« -L’arrêt sera exécuté aujourd’hui en place de Greve », a-t-il ajouté .
8) « une sueur glacée est sortie à la fois de tous mes membres »
Identifiez la figure de style contenue dans cet énoncé. Quel effet de sens son emploi produit-il ?
9)   « - Je ne suis pas préparé, mais je suis prêt. »
Que pensez vous de la réponse du condamné ?
10) Le prisonnier déclare etre calme et serein quoique condamné à mort.
Que pensez vous de la réréaction de ce personnage ? Répondez en deux phrases.


·                        II – PRODUCTION ECRITE : (10 points)
Selon certains, comme dans le dernier jour d’un condamné, la sévérité de la justice suffit pour lutter contre la violence et la criminalité. Qu’en pensez-vous ?
développez votre réflexion en l’appuyant avec des arguments pertinents et des exemples concrets de votre choix.

Réactions :

2 commentaires:

About

les oeuvres

Antigone

 

La Boite à merveilles

 

Le Drenier jour d'un condamné

 

Productions rédigées

Nombre total de pages vues

Abonnez-vous

pub

les sujets les plus visités