lundi 23 mai 2016

La modalisation
Pour exprimer sa subjectivité, l’énonciateur peut utiliser ce qu’on appelle des modalisateurs. Cela passe par des mots (verbes, adverbes, adjectifs...), des expressions, mais aussi par des figures de style (métaphore ou comparaison), des signes de ponctuation ou des types de phrases particuliers.
Ils permettent d’exprimer différentes nuances :
Un doute / Une probabilité
Adverbes : Il est peut-être coupable.
Verbes attributifs : Il semble / parait coupable.
Mode conditionnel : Il serait coupable.
Périphrase : Il porte en lui une sorte de culpabilité.
Phrases interrogatives : Serait-il coupable ?
Points de suspension : Lui, coupable... vous croyez ?
Un sentiment
Verbe : J’espère qu’il est innocent.
Phrase exclamative : Il est innocent !
Un jugement mélioratif ou péjoratif
Suffixes péjoratifs : criard, jaunâtre, fadasse
Adjectifs qualificatifs : magnifique, horrible
Reprises nominales : ce héros, ce voyou
Figures de style (métaphore ou comparaison) : Tu as agi [comme un débutant].
Une opinion personnelle
Verbes : Je pense, je crois, j’estime qu’il est coupable.
Expression marquant le point de vue : Pour ma part...
Une certitude
Adverbe : Il est assurément coupable.
Verbes : Je vous assure qu’il est coupable.
Une mise à distance
Guillemets : Ce « grand » homme, comme vous dites.
Prépositions : Selon lui ; d’après lui...


 Les modalisateurs sont des éléments essentiels de l’argumentation : l’énonciateur peut les utiliser pour persuader son destinataire en exprimant ses sentiments ; il peut également s’en servir pour le convaincre, en exprimant son opinion ou en manifestant une prise de distance avec l’opinion adverse.
Réactions :

About

les oeuvres

Antigone

 

La Boite à merveilles

 

Le Drenier jour d'un condamné

 

Productions rédigées

Nombre total de pages vues

Abonnez-vous

pub

les sujets les plus visités